vos symptômes

MAUX DE DOS

..................................................

TROUBLES DE
LA DIGESTION

..................................................

MIGRAINES ET 
mAUX DE TÊTE

..................................................

TROUBLES DU 
SOMMEIL

..................................................

STRESS

..................................................

ACCIDENTS DE 
LA ROUTE ET 
TRAUMATISMES 
DIRECTS

..................................................

Whiplash et 
commotion 
cérébrale

..................................................

Blessures 
sportives

..................................................

Whiplash et commotion cérébrale

 

Le whiplash aussi appelé coup du lapin est, selon la Québec Task Force, «un mécanisme très rapide d’accélération et de décélération de la tête responsable d’un transfert d’énergie cinétique au niveau de la nuque.» Il peut résulter d’une collision entre des véhicules automobiles venant de l’arrière ou latéralement, mais il peut également se produire au cours d’un accident de plongée par exemple.

 

Lors d’un whiplash en voiture, le mouvement des vertèbres cervicales et de la tête, est la phase finale d’un processus impliquant l’ensemble de la colonne vertébrale qui est propulsée vers le haut, et retombe brusquement sur le siège. Ce type d’accident entraine le sacrum dans des positions dysfonctionnelles pouvant être responsables du blocage du mécanisme respiratoire primaire avec une implication de la dure-mère rachidienne, membrane protectrice de la moelle épinière (Barral-Croibier, 1997).

 

Par ailleurs, suite à un whiplash, les patients relatent fréquemment de douleurs diffuses tout le long de la colonne vertébrale mais aussi de troubles neuro-végétatifs dont des céphalées, des sensations vertigineuses, des problèmes d’accommodation visuelles (visions troubles, scotomes), des acouphènes. Ils rapportent souvent une fatigue générale, une irritabilité ou une anxiété constante ainsi que des troubles de la concentration, du sommeil ou de la mémoire (Barnsley, 1994).

 

Un grand nombre de patients souffrent des séquelles de ce traumatisme et endureront donc leurs symptômes à long terme s’ils ne sont pas pris en charge en ostéopathie.

L’ostéopathe travaillera particulièrement sur l’harmonisation du système nerveux en rééquilibrant les systèmes orthosympathique et parasympathique. Il libérera aussi les fixations de la dure-mère afin de relancer l’amplitude, le rythme et la force du mouvement respiratoire primaire.

 

Les traitements ostéopathiques permettront de réduire partiellement ou totalement les symptômes allant des douleurs de la nuque et du dos, jusqu’aux troubles provenant des dystonies neurovégétatives.

 

 

à visionner

Mikhael Samaan

2012/02/09

Voici un reportage vidéo de Radio Canada sur l’impact des commotions cérébrales chez les jeunes. Ce phénomène est encore largement méconnu et la perspective des répercussions à long terme soulève bien des questions.

 

 

Références :

  • Scientific monograph of the Quebec Task Force on Whiplash-Associated Disorders : redefining « whiplash » and its management. Spitzer WO, Skovron ML, Salmi LR, Cassidy JD, Duranceau J, Suissa S, Zeiss E. Spine 1995.
  • “Update Quebec Task Force Guidelines for the Management of Whiplash-Associated Disorders”. 2001.
  • Biomecanichal evaluation of spinalfixation devices : II. Stability provided by eight internal fixation devices. Panjabi MM, Abumi K, Duranceau J, Crisco JJ, 1988.
  • McConnel WE, Howard RP, Guzmann HM, et al. Analysis of human test subject responses to low velocity rear end impacts. Proceedings of the 37th STTAP car crash conference, 1993.
  • Whiplash injury, currents concepts in prévention, diagnostics, and treatment of the cervical syndrome. R. Gunzburg, M. Szpalski. 1998.JP Barral et A Croibier « Approche ostéopathique du traumatisme », éditions Actes graphiques, Saint Etienne 1997.
  • Jonsson H Jr, Bring G, Rauschning W, Sahlstedt B. Hidden cervical spines injuries in trafic accidentvictims with skull fractures. J spinal dissord, 1991.
  • Becker R. Force factors with body physiology, 1959, Life in motion. Rudra Press Portland 1997.

 

À propos de l’auteur

Chloé Hiriart, D.O.

Diplomée du Collège Ostéopathique Sutherland de Bordeaux en France (2011), Chloé Hiriart a choisi de compléter sa formation par un diplôme de « Premiers secours et soins en milieu sportif » délivré par la faculté de médecine de Bordeaux II (2010). Elle exerce au sein la Clinique Intersanté à Montréal et à Westmount.

 

Consultez un ostéopathe après une commotion cérébrale :

Le syndrome post-commotionnel est fréquent suite à un traumatisme. Il désigne un groupe de symptômes qui peuvent persister pendant des jours, des semaines, des mois et même des années après un traumatisme brutal, direct ou indirect, à la tête.  Selon Salis (1995), ces séquelles sont présentes dans 25% des cas. Entre autres, elles peuvent comprendre des maux de tête, de la fatigue oculaire, des vertiges, des étourdissements, des bourdonnements d’oreille, des troubles de sommeil, de la nervosité, un manque de concentration, un manque d’énergie, de la fatigabilité, des problèmes frustres de coordination et des maux de cou. Une étude ostéopathique a été réalisée en 2006 par Lachapelle sur des athlètes universitaires ou amateurs de 18 à 40 ans présentant des séquelles suite à une commotion crânio-cérébrale lors de la pratique d’un sport. Pour faire partie de cette étude à double insu, ce traumatisme devait dater d’au moins un mois et être survenu dans les douze derniers mois. Notons que parfois les athlètes ne présentent pas de symptômes au repos mais que ceux-ci sont décelés lors de la pratique de leurs sports.

Les résultats de l’étude démontrent une amélioration significative de certains symptômes en ce qui concerne l’équilibre debout (Test de Bess) ainsi qu’une diminution des symptômes post-commotionnels (Post Concussion Symptoms Scale) après les trois traitements ostéopathiques. De plus, l’analyse des résultats a aussi démontré une nette amélioration de mobilité des structures affectées par le traumatisme tout au cours de l’expérimentation.

A propos de l'auteur

 

À propos de l’auteur

Joan Poirier, D.O.

Ayant obtenu un diplôme en physiothérapie à l'Université de Montréal en 1986, Joan Poirier obtient son diplôme en ostéopathie en 1994 au Collège d'Études Ostéopathiques de Montréal. Elle est clinicienne-enseignante depuis plusieurs années et propriétaire-associée de la Clinique d'ostéopathie Poirier Viau depuis 1999. Elle est également l'un des membres fondateurs du réseau Qualita.

 

 

 

Pour prendre ou annuler un rendez-vous

514-303-4616

Clinique Alain Dubreuil

1651, rue Saint-Patrick,

Montréal, (Québec) H3K 3G9

Vous avez besoin d’information !

cliniquealaindubreuil@videotron.ca

Vous ne pouvez pas prendre ou annuler un rendez-vous par courriel.

Horaire de la clinique

Nos professionnels sont disponibles
sur rendez-vous

Lundi au vendredi : 8 h à 20 h

Samedi : 8 h à 12 h

Vous pouvez prendre rendez-vous

7 jours sur 7 / 24 heures sur 24

En ligne ou par téléphone

© Clinique Alain Dubreuil 2018

Clinique Alain Dubreuil, ostéopathie, Montréal, Griffintown.
Clinique Alain Dubreuil, ostéopathie, Montréal, Griffintown.