ARTICLES‎ > ‎

"L'influence du soin ostéopathique sur la mobilité cervicale, la posture et la fonction liée à la pratique instrumentale chez le violoniste expert." auteur Anthony Hevey D.O.

posted Aug 16, 2012, 11:49 AM by Clinique Alain Dubreuil   [ updated Aug 16, 2012, 11:50 AM ]

Parvenir à la maîtrise de l’art du violon demande un entraînement rigoureux. Tels de véritables athlètes, les violonistes de haut niveau doivent développer des habiletés sensori-motrices et une capacité de grande coordination afin d’interpréter les œuvres les plus complexes du répertoire musical. Ainsi, la nécessité pour ces musiciens de consacrer de nombreuses heures quotidiennes à la pratique de leur instrument est indéniable. Le violon relève toutefois d’une particularité d’un point de vue ergonomique : il exige le maintien d’une position asymétrique et non-physiologique pour le corps. Les spécialistes de la santé et les violonistes eux-mêmes s’entendent pour dire que la répétition soutenue de ce geste instrumental peut être nocive pour le corps. En effet, des déséquilibres corporels peuvent être engendrés et devenir responsables de limitations dans la mobilité, de troubles posturaux et de diverses affections fonctionnelles. S’ils ne sont pas traités ou compensés, ces troubles peuvent être à l’origine de blessures professionnelles sérieuses pouvant non seulement affecter la performance des violonistes, mais aussi compromettre leur carrière.

Cette recherche avait pour objectif de démontrer l’influence du soin ostéopathique sur la mobilité cervicale, la posture statique debout et la fonction liée à la pratique instrumentale chez le violoniste expert. Nous avons mené une étude quantitative, de type essai clinique randomisé à double aveugle. Les sujets ciblés étaient des violonistes professionnels ou prenant part à une formation professionnelle. Ils étaient issus d’orchestres professionnels, du Conservatoire de Musique de Montréal et des Universités de Montréal et McGill. Il y avait deux groupes à l’étude, un groupe expérimental et un groupe témoin. Au total, 33 sujets ont participé à l’étude. Ces derniers ont été répartis de façon aléatoire et ce, à leur insu. Le groupe expérimental a reçu trois soins ostéopathiques à intervalle d’une semaine et a été comparé au groupe témoin, qui a poursuivi sa pratique instrumentale habituelle sans recevoir de soin. L’évaluation des variables dépendantes a été effectuée à deux reprises, soit au début et à la fin de l’expérimentation et ce, par un évaluateur externe à l’aveugle. L’évaluation de l’amplitude de rotation cervicale a été déterminée en mesurant la distance entre l’acromion et la symphyse mentonnière. La prise de données posturales, qui comprenait l’étude de l’alignement des segments corporels ainsi que la projection du centre de gravité, a été faite avec le système Bioprint, un système d’évaluation posturale validé scientifiquement et mis au point par la compagnie Biotonix. Finalement, l’évaluation de la fonction liée à la pratique instrumentale a été faite par un questionnaire d’auto-évaluation. Ce dernier a été construit en fonction de notions de la littérature et à partir de conseils d’une collaboratrice experte. Les traitements ostéopathiques ont été généraux et adaptés aux besoins de chacun. Toutes les composantes de la mécanique corporelle étaient investiguées, soient les systèmes musculo-squelettique, fascial, viscéral et crânio-sacré. Une attention particulière a été accordée aux zones stratégiques relatives à l’équilibre postural et aux régions corporelles les plus sollicitées par le jeu du violon.

Les analyses statistiques ne nous ont pas permis de confirmer nos hypothèses de départ. Nous estimons que le manque de fiabilité des outils de mesure ainsi que le manque de spécificité de l’intervention ostéopathique ont fait en sorte que les violonistes traités ne se sont pas améliorés relativement à leur mobilité cervicale, leur posture ainsi qu’au cours de leur pratique instrumentale. Néanmoins, le groupe témoin est le seul à avoir démontré une détérioration significative de la posture des épaules. Par conséquent, nous estimons que le soin ostéopathique a pu stabiliser la posture des épaules des violonistes du groupe expérimental.

Comments